La Cave – Natasha Preston

Titre : La Cave
Auteur : Natasha Preston
Date de Parution : 2017
Maison d’édition : Éditions Hachette

« La solitude est pire qu’une maladie mortelle »

Pourquoi ce livre ?

L’histoire tout simplement. J’ai lu le résumé et cette histoire de séquestration, avec d’autres filles, dans une cave par un psychopathe obsédé par les fleurs avait tout pour me plaire. La couverture m’a aussi intriguée.

Résumé

Il m’appelle Lilas.
Depuis des mois il me garde enfermée dans une cave avec trois autres filles : Rose, Iris et Violette.
Nous sommes ses jolies fleurs, sa famille idéale.
Nous devons être parfaites, ou il nous tuera.
Mais je suis Summer, quoi qu’il en dise.
Jamais je ne baisserai les bras.
Je sortirai de là.

Avis

C’était une bonne lecture. Les personnages sont attachants et je les trouve crédibles. Summer n’est pas aussi gnian-gnian que ce que je craignais au départ. Lewis, son petit ami est adorable à ne pas lâcher le morceau, à vouloir tout faire pour la retrouver. Je ne sais pas pourquoi, mais c’était agréable de voir un personnage masculin aussi amoureux. Les autres fleurs sont très touchantes, on a envie de savoir comment elles en sont arrivées là. Quant à Trèfle, le ravisseur donc, sa décente aux enfers est assez délectable.

L’histoire se déroule en suivant trois personnages et elle est entrecoupé de flash-back. On suit évidemment Summer, ce qui nous permet de savoir ce qu’il se passe dans cette cave, Lewis, qui montre ce que vit la famille de Summer, leurs souffrances et Trèfle donc les chapitres sont intéressants sans pour autant tomber dans l’excuse facile. Je ne crois pas avoir ressenti d’empathie pour lui et je remercie l’auteur de ne pas être tombé dans le piège. Cependant, j’ai un peu du mal à comprendre ce qu’il se passe avec lui, comment il en ait vraiment arrivé là. Je n’arrive pas à savoir s’il reprend le flambeau suite à la mort de sa mère, s’il poursuit son œuvre ou non. J’ai l’impression qu’il manque quelque chose.

Si les différents points de vue sont intéressants, ils sont néanmoins le reproche que je fais au livre. Je m’attendais à une espèce de huis clos. Mais ayant la possibilité de s’évader de la cave, on n’a pas la sensation d’y être enfermé avec Summer. Et quand je l’ai compris, le livre à perdu de son intérêt. Il s’éparpille trop et la psychologie des victimes n’est pas assez travaillée. On ne sait pas grand-chose d’Iris, ni de Violette et le passé de Rose, on le voit uniquement dans un flash-back de Trèfle. Ce qui en soit est intéressant car ça donne une existence moins tangible à Rose. Comme si du coup, elle se reniait.

C’est le genre de livre où on s’attend à quelque chose d’intense, mais le final est plat. J’ai aimé ma lecture, je le répète parce qu’on pourrait croire que ce n’est pas le cas. Le style d’écriture est agréable, tout se déroule correctement et je ne pense que les personnages aient été balancés comme ça, comment les trouver crédibles et les apprécier sinon ? Mais le frisson n’y ait pas. Et même si c’est un roman jeunesse, je trouve ça dommage car ça aurait pu être une bonne introduction au thriller.

J’aurais préférée rester dans la cave, voir évoluer et tourner en rond les filles, j’aurais aimé mieux les comprendre, voir plus en détail leurs réactions quand Trèfle sort de ses gonds ou tue. Car oui, c’est un meurtrier, mais la menace n’est jamais vraiment présente. En fait, je pense que l’histoire souffre d’un manque d’ambiance glaçante. Par contre, je reconnais qu’au début, on est plus mal à l’aise, plus effrayé qu’à la fin, comme si on suivait l’acceptation de Summer par rapport à cette situation. C’est un point positif.

Quant à la fin, elle est sans doute trop rapide et elle m’a personnellement laissé sur ma faim.

Conclusion

Je suis mitigée. Je l’ai lu vite, j’avais très envie de voir comment tout allait se finir (on se doute de la fin mais pas forcément de tous les détails), j’ai bien aimé les personnages et tous les éléments sont réunis pour en faire quelque chose d’oppressant. Mais je n’ai pas frissonné. Je n’ai pas eu peur pour Summer. Je n’avais pas de sensation d’enfermement. Mais ce livre-là m’a donné envie de lire un peu plus de Natasha Preston, ne serait-ce que pour me faire une idée plus complète de son univers. Le Week-end est sorti il n’y a pas longtemps et quand je l’ai vu en librairie j’ai vraiment hésité à le prendre. Finalement, il attendra un peu, mais je pense bien le lire un jour.

Je ne pense pas que ce roman plaise aux amateurs de thrillers ou de romans sombres car il manque l’ambiance. En revanche, ceux qui souhaitent découvrir ce style, La Cave est un bon début.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :