La Belle Sauvage – Philip Pullman

Titre : La Belle Sauvage
Auteur : Philip Pullman
Date de Parution : 2017
Maison d’édition : Éditions Gallimard

 

Pourquoi ce livre ?

Il y a plus de 10 ans, quand le premier tome de « À la Croisée des Mondes » est sortie, je l’ai dévoré et j’ai attendu les deux autres tomes avec une très grande impatience, comme les Harry Potter. Je les ai relu plusieurs fois et j’ai toujours retrouver le même plaisir. J’ai rencontré une amie au lycée tout aussi fan et quand je pense à cette saga, je la vois elle également. Quand j’ai appris qu’en 2017 un « préquel » était prévu, j’ai sauté de joie. J’aurais voulu le lire dès sa sortie mais j’ai dû attendre Noël.

En bref, c’est une histoire qui compte beaucoup pour moi.

Résumé

À l’auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieu chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ?Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d’équipée, doivent s’enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm.Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s’affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours.

Avis

Il s’agit de ma dernière lecture de 2017. J’ai essayé de la faire durer le plus possible mais c’était compliqué. Avant toute chose, je tiens à dire que je me souviens des grandes lignes de « À la Croisée des Mondes », ça fait depuis 2009 que je ne les ai relus, alors ma mémoire n’est pas au point.

J’adore la plume de Philip Pullman, elle a quelque chose de directe et poétique, j’adore ses descriptions, il sait nous immerger dans des ambiances particulières, il soigne son cadre avant de nous plonger dans l’action. Et on retrouve des thèmes forts comme la nature, la religion, l’univers et la place de l’être humain… Autant de thèmes qui sont toujours d’actualité et qui parlent à chacun.

Ça a été un véritable plaisir de replonger dans un monde peuplé d’humains accompagnés de daemons. Ça doit être tellement bien de ne jamais rester vraiment seul.

Je me suis beaucoup attaché à Malcom. Il est moins « peste » que Lyra mais il a l’esprit tout aussi vif et le suivre dans ses aventures était un régal. Son daemon Asta est adorable également. J’ai essayé de chercher dans mes souvenir s’il y avait un Malcom dans la première trilogie, mais j’ai laissé tomber. Parmi les autres personnages, j’aime beaucoup les nones. Alice, la compagne d’aventure de Malcom est beaucoup plus sombre. Elle a un rapport avec les hommes qui est conflictuel mais elle cherche quand même leur attention. Enfin, Bonneville et son daemon hyène m’ont régulièrement glacé le sang. Il y a une scène en particulier qui m’a mise très mal à l’aise.

En revanche, retrouver Lord Asriel et Mme Coulter et également Hanna Relf (je m’en suis souvenue XD) était très amusant. Surtout pour Mme Coulter. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans la première trilogie, Mme Coulter a les cheveux noirs. Mais l’avis de fan, Nicole Kidman et le film sont passés par-là et Mme Coulter est devenue blonde. Ça ne me dérange pas plus que ça, c’est amusant. Est-ce qu’il va y avoir une explication ? Mystère.

J’aurait aimé voir un peu plus les gitans et les sorcières, mais peut-être dans la suite.

Pour moi le récit se divise en deux grandes parties : l’avant déluge et le déluge.

Dans l’avant déluge on redécouvre le monde, la vie simple d’un garçon d’auberge, celle d’une scientifique, les aléthiomètres, la Poussière dont on entend un peu parler, le despotisme et le poids de la religion grandissant, le Magistérium et même la vie simple des nones. C’est un moment où l’auteur décide de poser son monde et le travaille pour qu’on soit complètement absorbé dedans le moment venu.

Le déluge lui donne une impression de conte. Les péripéties ne semblent pas avoir de rapport. C’est comme des chevaliers affrontant différentes épreuves ordonnées par leur princesse. Il y a un côté très onirique. Je me suis demandée plusieurs fois si c’était réel. Et puis j’ai décidé que ça n’avait pas d’importance. Ce n’est pas non plus décousu, il s’agit d’une fuite pour échapper à un homme plus qu’effrayant pour protéger Lyra.

Il y a sans doute des rapports avec « À la Croisée des Mondes » que je n’ai pas encore vu, mais je vais essayer de les relire quand j’aurais plus de temps. Je reviendrai dessus à ce moment-là.

Conclusion

Etant donné que cette seconde trilogie n’est pas terminée, je vous conseille de lire « À la Croisée des Mondes » en premier.

J’ai adoré. Ce n’est pas un coup de cœur parce qu’il y avait un fort effet nostalgie. Comme pour les Harry Potter, pour moi « La Belle Sauvage » ne se classe pas. Cet univers est trop particulier dans mon cœur.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :